Qui perd gagne: Le Feuilleton(1957)

Blog

Qui perd gagne: Le Feuilleton(1957)


“Star Cine Roman”, 1 February, 1957.

NOTE: Ce n’est pas le dialogue réel dans le film. Souvenez-vous que cela a été traduit des Anglais originaux en français, et alors–40 années plus tard! — en anglais encore. Évidemment, la reproduction fidèle du dialogue original n’est pas possible… mais cela devrait vous donner une idée générale de l’histoire. Aimez!

La vie de la plupart des hommes semble toute tracée, dès l’origine, sans plus d’histoire qu’une voie de chemin de fer. De la gare de départ à celle d’arrivée, leur existence se déroule suivant un rythme methodique et serein qui, s’il les prive de toute sensation forte, leur épargne aussi toute secousse brutale. Cependant, aucun des représentants de cette mediocrité dorée, ne peut affirmer que l’avenir ne lui réservera pas des surprises ni que le destin ne transformera pas, d’un jour à l’autre, sa monotone existence en la plus extraordinaire des aventures. L’avenir de Tony Bertrand, comptable dans une importante affaire londonienne, semble ne pas devoir différer de celui des innombrables employés qui travaillent comme lui, dans la capitale …

Mais une jour, semblable à n’importe quel autre, si ce n’est qu’il pleut à verse, Tony sort comme de coutume, de son très moderne bureau, pour partager avec Cary, sa jeune fiancée, son hâtif déjeuner. Cary estemployée elle aussi; et, n’ayant pas beaucoup d’autres occasion d’ètre ensemble, les deux jeunes ens profitent de leurs plus brefs instants de liberté pour se rencontrer. …

Tony: Aujourd’hui encore, nous perdons quatre minutes et dix-huit secondes! Quand pourrons-nous donc êtretranquillement ensemble, sans avoir toujours besoin de surveiller la pendule?

Cary: Quand nous serons mariés, pardi!

Tony: Crois-tu? Une fois ôtées les houres de sommeil, celles du bureau, du travail ménager, etc… il ne nousrestera pas tellement de temps à nous consacrer.

Cary: Pour ce qui est de la maison, je me dépêcherai, sois en sûr …

Tony: D’accord, mais si nous étions riches, tu n’aurais besoin de predre ton temps à faire la cuisine …

Cary: Oui, mais nous perdrions beaucoup plus de temps à table: à cette heure, nous en serions encore au caviar …

L’allusion de Cary au caviar, évoque dans l’espirit de Tony toutes les délicatesses du même genre que son trin devie ne lui permettra jamais d’acquérir …

Tony: Et nous aurions esuite du homard, du champagne, du …

Cary plus réaliste que son fiancé, sait mieux qui lui jouir de ce que le destin lui a réserve.

Cary: Sans parler des fraises à la crème, qui sant ma passion! … Mais, en attendant, prends donc un peu de cesaucisson, je r’assure qu’il n’est pas à dedaigner.

Mais, Tony, encore tout à ses reveries, ne veut pas renoncer au dessert de son festin imaginaire …

Tony: Et après ca, des ananas au marasquin, un bon cafe, et, pour finir, un doigt d’armagnac …

Cary: Non, Tony, je t’en prie, arrange toi pour que nous ne soyons jamais riches. Nous ne nous aimerions plus …pense un peu, si ce bon régime te taisait perdre les cheveux, ou devenir obèse!

Tony: En ce qui me concerne, je t’assure que, même si tu devenais grosse comme une baleine, je ne t’en aimeraispas moins. Je te verrais toujours comme tu es maintenant…

Cary: Je n’y crois pas trop, mais c’est gentil cé que tu me dis là. Allons, Tony, déride-toi et trinquons commed’habitude …

Le toast qu’ils ont coutume de sa porter, en entre-croisant, leurs bras, ne manque jamais de les mettre en gaieté, carTony, qui est un peu myope, doit faire des efforts désespéres pour ne pas renverser son verre de bière dans leursassiettes …

Sur ce rite, destiné comme toujours à leur adoucir le moment des adieux, les deux fiancés quittent après un repasqui semble ne pas devoir differer des autres. Cary sait bien que ces rencontres brèves, ces attentions tendres, cesrepas en commun, seront pour eux des souvenirs d’autant plus précieux qu’ils cesseront bientôt. En effet, ils doivent se marier dans quinze jours …

Être Continué …!

Chapitre Deux
Home Page
Biography
Filmography
Video Library
Theater Roles
Film & Theater Awards
Article Library
Source Listing
Selected Newsletter Articles
Associated Recordings
Related Reading Material
“The Never Ending Serial”


Created by the Rossano Brazzi International Network
BENDITA-LUCIA, INC.
Rate article
Add a comment